Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

2009-06-29T04:57:00+02:00

Lettre ouverte à la Grande Faucheuse

Publié par undetension



"Bonjour

Je connais ta fonction, Grande Faucheuse, je te respecte, je me soumets à ta loi implacable, mais là, hier, tu as failli aller trop loin. Et malgré une bonne résistance, là, je sens que je vais bientôt être à bout nerveusement : alors s'il te plaît, lâche-moi un peu les baskets.
S'il était dans l'ordre des choses que tu emportes mon vieil oncle (je passe sur la cruauté de m'enlever mes deux derniers oncles, l'un paternel, l'autre maternel, en moins de six mois), pourquoi, deux jours après des obsèques, m'obliger à regarder impuissant un grand ami dévisser en montagne, le voir dévaler à toute vitesse, comme un pantin désarticulé, la pente rocheuse, sur plusieurs dizaines de mètres, et entendre un montagnard du coin qui a vu la scène dire "oh, ben, là, c'est sûr qu'après une chute pareille, il est forcément décédé".
Même si mon ami n'est pas mort hier après-midi, il l'a frôlée, et c'est un second miracle qu'il s'en soit tiré avec seulement une vertèbre cervicale et une autre lombaire touchées. Pas d'opération, juste trois mois d'immobilisation et de repos : ouf. Faut-il te remercier et considérer que tu as fait preuve de mansuétude ?
Putain, non, alors, tu vas trop loin, tu rôdes autour de moi, tu as failli m'enlever mon fils hier, quand une petite roche lancée à pleine vitesse est passée à dix centimètres de lui, quelques fractions de secondes avant que J.L.R. ne bascule dans le vide. Tu as surtout amoché mon ami, lui qui avait si bien organisé ce week-end de rando (ci-dessus à gauche, en pleine explication des dangers de l'Arcalod).
Et moi je n'arrête pas de revoir dans ma tête ce copain roulant comme un fêtu de paille, depuis hier j'ai dû revoir ce cauchemar une centaine de fois.
Trop, c'est trop, là, tu arrêtes, je n'en peux plus. Après les secours par hélicoptère, l'attente à l'hôpital de Chambéry, il a fallu que je prenne le volant, que je ramène les trois ados sur Paris (arrivée ce matin à 2h) sans permis de conduire, dans la voiture du copain accidenté. C'est bon, là, oh, STOP !"



P.S. aux lecteurs : pas ou peu d'articles sur ce blog dans les prochains jours, vous comprendrez.
P.S.S. : bravo à mon fiston, ci-dessous au premier plan, qui a gravi puis redescendu ce sommet sans souci.



Mais je persiste à dire que c'était trop dangereux pour des randonneurs du dimanche comme nous, dont l'Everest est le bois de vincennes. Est-ce un signe que ce soit le plus chevronné qui ait chuté ? Pour lui dire qu'il avait pris des risques en nous emmenant là ? Mystère. Ce qui est certain, c'est que ce genre d'escalade, c'est fini pour moi. Et j'espère convaincre mon fils.


Voir les commentaires

2009-06-24T18:01:00+02:00

dure loi des séries

Publié par undetension

En début d'année, j'avais encore deux oncles.
Jusqu'à hier, il me restait encore un Tonton, un super tonton. Aujourd'hui, c'est fini. La maladie l'a flingué à son tour.
Je n'oublierai jamais les quarante années passées ensemble l'été à Portsall. Les parties de pétanque acharnée...


Euh, vous me reconnaissez à gauche sur la photo ?


Les slips de bain étaient super sexy en 1969 : là, je suis avec Tata, une vraie Maman bis pour moi.

Voir les commentaires

2009-06-22T21:05:00+02:00

L'Amérique, sans fard

Publié par undetension



Une magnifique initiative que celle du cinéaste David Lynch, de mettre en ligne des interviews d'Américains anonymes, se livrant sans artifice devant la caméra. Moins glamour que les séries hollywodiennes, forcément. Mais tellement plus réaliste.
Pas de sous-titrage, malheureusement. Pour visionner ce passionnant road-movie, cliquer ici.

Voir les commentaires

2009-06-22T10:20:00+02:00

Corps perdus

Publié par undetension

2005 : le cinéma français met la jeunesse à l'honneur (2/4)




Ballet de corps (1/2) :
Une jeune femme souffrant de somnambulisme chamboule malgré elle la vie d'un jeune homme bien rangé, au point de faire éclater son couple. De belles images de Paris la nuit, une histoire étrange bien ficelée, une jolie brochette de personnages en souffrance (remarquables B. Todeschini en affairiste fonceur menant une double vie, et L. Sagnier en mystérieuse beauté fatale), Une aventure ne manque pas d'atouts sur le papier.
Mais nous restons loin de l'onirisme d'Hitchcock dans « Sueurs froides ». Dommage : à voir pour la beauté plastique de la mise en scène et de la divine Ludivine.

Voir les commentaires

2009-06-18T22:21:00+02:00

mes copains, y sont vachement forts !

Publié par undetension

On avait tous un surnom : Gillou, Armellou, Lemerlou, Gouriou (non, Jacquot), Soucky, les jumeaux Irola...Lui c'est Dantre, une force de la nature, un fabuleux boute-en-train avec qui on a piqué un nombre incalculable de fous rires, y compris sur les courts de squash.
C'était juste avant les grandes grèves de 89. Personne n'avait d'ordi au boulot, on ne pointait pas (on dira qu'on se pointait au boulot après une bonne nuit de sommeil), on écrivait au stylo-bille sur des feuilles carbonées, on avait des fiches cartonnées avec des onglets dans un grand bac pour noter l'essentiel : cela semble la préhistoire aujourd'hui.
C'était il y a vingt ans.
C'était à Rouen.

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog