Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

2016-12-31T08:41:00+01:00

Bye bye 2016 !

Publié par undetension
Bye bye 2016 !

Dans un an, la photo des grands du monde occidental sera très très très différente ! Déjà, aucun des quatre hommes n'y figurera plus ! D'ailleurs, ils semblent déjà nous dire adieu !

Et nous n'avons même pas de garantie que la seule femme résiste à la tornade !

La pauvre, son (très) propre pays diffuse désormais le très sale Charlie hebdo...

Bye bye 2016 !

C'est cochon, mais pas que...cochon dinde

Bye bye 2016 !

Voir les commentaires

2016-12-30T15:11:27+01:00

C'est dingue tout ce qui a plombé le Chef de l'Etat pendant ce quinquennat !

Publié par undetension
C'est dingue tout ce qui a plombé le Chef de l'Etat pendant ce quinquennat !

Bien évidemment, il y eut toutes ces photos, la presse en a suffisamment fait ses choux gras.

Et, sur le fond, nous avons déjà largement balayé le sujet également, du programme économique inadéquat au congédiement brutal de Valérie, de sa personnalité sous-estimée de tueur politique à son narcissisme parfaitement dissimulé, de sa désacralisation de la fonction présidentielle à son abandon des idées de gauche, en passant par son inattendu comportement suicidaire à la rentrée (excusez du peu !).
Double suicide, devrait-on dire, car il n'a pas fait que prendre des décisions "personnelles" désastreuses (choix de se couper du monde et de ne parler qu'aux journalistes, aggraver son cas en leur en disant beaucoup trop), ses choix "politiques" furent également catastrophiques.
En gros, il a scié la branche d'assise électorale sur laquelle le P.S. reposait depuis plusieurs décennies. Mécontenter les fonctionnaires ? Pire que cela peut-être : les détourner durablement du vote à gauche, oui, il a commis cette erreur fatale, à force de prendre des mesures dans lesquelles sa propre base électorale ne s'est pas reconnue.

Vous remarquerez d'ailleurs que les publics visés par ses réformes ne représentent à chaque fois qu'une faible part de la population française* ! Et comme en plus, tout n'a pas fonctionné au mieux... :
- le CICE -à l'efficacité très discutable, au demeurant, malgré un coût élevé- considéré comme cadeau aux patrons ;
- plus globalement, des choix économiques inverses à la tradition socialo, désormais davantage axés sur l'offre (Macron), que sur la demande (Mauroy, Rocard) ;
- le mariage pour tous, considéré comme un cadeau, non pas Bonux, mais à la minorité Omo, et qui a heurté la gauche catho ;
- la jeunesse devait être la priorité des priorités ! Il n'a pas bougé un orteil pour elle, alors qu'il trouvait le temps de jouer au chef de guerre au Mali, en Syrie, ou au v.r.p. en Egypte, pour revendre les porte-hélicoptères d'abord promis aux Russes ! La seule jeunesse qui a retenu son attention fut finalement, et très égoïstement, celle qu'il mettait dans son lit !
- l'omniprésente et inutile repentance, servie à toutes les sauces (Algérie, esclavage, Tsiganes...);
- le projet de déchéance de nationalité, qui a été débattu ad nauseam, puis qui s'est enlisé de mois en mois avant de s'évanouir, alors qu'il n'aurait de toute façon concerné qu'une poignée d'individus chaque année (de l'ordre de l'unité ou de la dizaine, centaine maxi);
- et, bien sûr, la hausse de la pression fiscale sur les ménages, d'où un ras le bol des classes moyennes qui supportent de moins en moins qu'aucun effort ne soit demandé aux pauvres (par définition non imposables à l'impôt sur le revenu et donc insensibles à sa hausse).
Le tout sans réelle cohérence, décousu, illisible et d'un manque d'efficacité flagrant.

Bref, il n'a brillé qu'avec ses succès féminins : très insuffisant !


Désormais, une fois pris acte de son renoncement à se représenter (ah, enfin un point à mettre dans la colonne du positif !), on regarde devant, et on mesure alors mieux la longue traversée du désert qui attend désormais le P.S. (si tant est qu'il y survive !). N'ayant pas su, pu ou voulu être le « chef » de son camp, Hollande présente au final un pire bilan que Sarko, en commettant des excès inverses !
Un hyper, puis un hypo Président, mais au moins N.S. peut-il se satisfaire d'avoir continué pendant son mandat à préserver son parti politique.

Mais Hollande, si habile en homme de synthèse à diriger le P.S., à ménager ses différents courants, a totalement échoué à rassembler ses troupes -sans parler de ses alliés !- et, de ce point de vue, il a finalement fait moins de mal au pays, qu'à son camp.
Sa subtilité florentine, son art du compromis, furent totalement contre-productifs : eux, si utiles avant son élection pour manoeuvrer un parti politique traversé de nombreux courants (lorsqu'il n'y a pas de frondeurs ou des éléphants claquant la porte : Mélenchon, Montebourg, Hamon...), se sont révélés des handicaps insurmontables à l'Elysée, où il faut une ligne directrice, de la fermeté, des rangs serrés derrière soi, et, disons le : du caractère.

 

C'est dingue tout ce qui a plombé le Chef de l'Etat pendant ce quinquennat !

Or, Hollande en a sérieusement manqué et n'a jamais réussi à incarner le personnage. N.S. l'incarnait trop, Hollande pas assez, loin s'en faut.

Je montre toujours cette photo récente (cf. infra), prise lorsqu'il s'était rendu dans l'immeuble voisin de celui où je travaille, le mois dernier : mon interlocuteur désigne spontanément sur la droite du cliché un inconnu vague sosie du Président, alors que ce dernier est au centre de la photo ! Même El Khomri, qui l'accompagnait, semble avoir davantage d'aura que son patron !

C'est dingue tout ce qui a plombé le Chef de l'Etat pendant ce quinquennat !

[Additif]

* Hubert Védrine l'a très bien expliqué, dans une interview au Monde du 13-01-2017, sous-titrée "la tragédie d'Alep symbolise l'effondrement des politiques occidentales guidées par la morale et l'éthique" :

"Vu d'Europe, la victoire de Trump était possible mais impensable, parce qu'il horrifiait. Elle court-circuite la pensée d'une certaine gauche américaine -et européenne- qui s'est détournée des classes populaires qui votent "mal", et a tout misé sur les minorités".

Voir les commentaires

2016-12-29T07:45:00+01:00

il y a de quoi se flinguer !

Publié par undetension
il y a de quoi se flinguer !

Nous ne changerons pas notre constat, fait à l’époque de The Homesman. Introduire une héroïne féminine dans un western n’est pas en soi une mauvaise idée du tout. Simplement, le film doit nous emballer, et Natalie Portman dans Jane got a gun n’y réussit pas davantage qu’Hilary Swank en janvier dernier.
Initialement pressentis pour le rôle masculin, Jude Law, Bradley Cooper et Michael Fassbaender, ont bien fait de renoncer, tout comme le réalisateur, remplacé lui aussi au dernier moment. Avant le tournage, les producteurs ont dû se dire : il y a de quoi se flinguer !

Voir les commentaires

2016-12-28T07:20:55+01:00

L'échec de Hollande : la conséquence d'un dévoiement de la Ve République

Publié par undetension

(...) Faut-il en conclure, comme Marine Le Pen et une part des commentateurs, que les peuples d’Europe et des Etats-Unis (avec l’élection de Trump) aspirent à des dirigeants autoritaires (et populistes, et xénophobes) ? Et que le président français a manifesté la déroute d’un réformisme mou, manquant d’incarnation et d’autorité politique ?
Pour le premier point, il est clair qu’une vague idéologique traverse l’Europe, qui rappelle ce que le juriste allemand Hermann Heller avait diagnostiqué, dans les années 1930, comme un "libéralisme autoritaire" : libéral au plan économique, autoritaire au plan politique, identitaire au plan culturel. Mais les comparaisons qui concluent benoîtement à l’irrésistible popularité de l’autoritarisme sont biaisées : aux Etats-Unis, la victoire de Trump n’est pas la traduction d’un triomphe populaire, puisqu’il a été distancé de plus de deux millions de voix ; en Hongrie, les grands médias sont aux ordres du pouvoir, et si le "chef" est populaire, cela est aussi le fruit d’un endoctrinement de l’opinion. (...)

Il y a bien un problème Hollande : la figure d’un "président normal" n’est jamais parvenue à se cristalliser, l’efficacité anti-sarkozyste du slogan n’a pas survécu à l’élection. (...)

Tous les torts ne sont pas de son côté, mais l’évolution ou la perversion du système politique français a fait que le président cristallise toutes les attentes… et toutes les déceptions. L’Etat, c’est lui. (...)

Alors, on peut certes songer à une VIe République. Mais peut-être faudrait-il d’abord revenir aux principes de la Ve, auxquels ce président ne s’est pas conformé – et son prédécesseur moins encore. L’échec de Hollande, après celui de Sarkozy, est aussi un échec d’un présidentialisme instable qui est moins le fruit de la Ve République que celui de son dévoiement.


Jean-Claude Monod, philosophe

tribune parue dans L'Obs du 9-12-2016

L'échec de Hollande : la conséquence d'un dévoiement de la Ve République

Voir les commentaires

2016-12-27T06:58:00+01:00

icônes de l'art moderne

Publié par undetension
icônes de l'art moderne

Merci au milliardaire Français d'avoir cassé sa tirelire, car on peut penser que, sans lui, l'exposition russe la plus attendue depuis près d'un siècle n'aurait toujours pas vu le jour ! Et sachant que nos relations diplomatiques avec Poutine sont exécrables en ce moment, c'est en soi un petit miracle !

Voici donc réunie dans un lieu unique la quintessence de l'art moderne du début du vingtième siècle, la collection Chtchoukine, alors qu'en Russie même elle est fragmentée, exposée pour partie à l'Ermitage de Saint-Petersbourg, et pour partie au musée Pouchkine à Moscou.

L'accrochage est bien sûr différent de celui qu'avait réalisé Chtchoukine dans son palais, peu de temps avant la révolution bolchévique de 1917, mois saisissant sans doute, mais plus aéré, et permettant donc de mieux apprécier chaque tableau individuellement.

Et quels tableaux ! 130 chefs d'œuvre d'un coup, c'est complètement fou ! (à suivre)

icônes de l'art moderne

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog