Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2013-03-14T05:34:00+01:00

chaleur du "live" > froid du studio (2/2)

Publié par undetension

Quelque soit le style de musique, classique, pop, reggae, jazz…l’enregistrement live apporte souvent davantage de vie et de liberté qu’une interprétation en studio. Quatre nouveaux exemples en c.d. de concerts publics de 1955, 1956, 1978, et 1979-83.

 

fidelio_bohm-55.jpg


Dans le premier, Karl Böhm fête la réouverture après-guerre de l’Opéra de Vienne, avec une troupe comme on n’en fait plus, pour un Fidelio de Beethoven incandescent.

 

ellington-ellington-at-newport 1956


 

Dans le deuxième, l'orchestre de Duke Ellington met le feu au festival de Newport, en particulier lorsque le saxophoniste Paul Gonsalves en solo s'élève plus haut que l'Everest au bout de 27 chorus, mettant très audiblement en transe une partie du public! Mais il n'y a rien à jeter, de l'hymne national au célébrissime standard Take the "A" train.

 


bob marley babylon by bus 78

 

 

Dans le troisième, Bob Marley, mieux enregistré qu’en studio qui plus est, et ses musiciens nous transmettent toute l’humanité et la chaleur des Caraïbes, pour continuer à croire au paradis perdu et à la fraternité humaine.

 

police-live.jpg


Dans le quatrième enfin, Police donne des versions encore plus punchy de ses gigantesques tubes inoxydables.

 


Pour faire mieux encore ? Il faut bien sûr être présent dans la salle. En octobre 2009 au Zénith, j’avais adoré le concert de Placebo. Mais le mois dernier, dans la même salle, j’ai vu  mieux, tous genres confondus, opéras compris, Celibidache et la Philharmonie de Munich compris, j'ai vu, sans m'y attendre, le plus beau concert de toute ma vie.

 

sigur_ros_concert-paris-2013.jpg


J’espérais que ce soit bien, car j’en écoute pas mal avec mon baladeur dans le métro, mais jamais je n’aurais imaginé que ce soit aussi extraordinaire. Car Sigur Ros, ce n’est pas seulement une musique planante, c’est une mise en scène, en image, en lumière, d’une poésie incroyable. Je n’ai pas bougé un sourcil pendant deux heures, j’étais là, immobile, captivé comme jamais, fasciné, ébloui, ému aux larmes, parcouru de frissons comme jamais, ma fille à côté de moi tout aussi hypnotisée.

Comme je lui ai dit en sortant "bon, on peut passer à 2014, mon année 2013 est d'ores et déjà réussie".

 


Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog