Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2013-11-18T07:09:00+01:00

en lisant cela, la ministre va être verte

Publié par undetension

 

christophe-labarde.jpg

 

 

Lettre de Christophe Labarde à Madame Cécile Duflot, ministre de l’Égalité des territoires et du Logement

Cette lettre est réellement envoyée, par courrier, à son destinataire.

Si celui-ci envoie une réponse, nous la publierons ici.

 

La France non, la politique oui


« Un ministre, ça ferme sa gueule ou ça démissionne », disait Jean-Pierre Chevènement, lequel s’appliqua d’ailleurs courageusement cette belle phrase à lui-même en démissionnant à trois reprises. Avec vous, ce serait plutôt : « Un ministre, ça ouvre sa gueule mais ça ne démissionne jamais. » Seul ce ridicule vous tient encore lieu de bouée. Votre naufrage n’en est que plus pathétique.

On dirait que vous avez fait profession d’avaler des orvets, des couleuvres, des vipères et des anacondas. Plus « moi-Président » vous contredit (sur la fiscalité, sur le diesel, sur le nucléaire, sur les gaz de schiste, sur les Roms et sur tous ces dossiers qui étaient pourtant « promis-juré-craché » non négociables) et plus vous vous accrochez comme la bernique à son rocher, dévoilant au passage votre seule et vraie stratégie, bien éloignée des nobles ambitions vertes : conserver coûte que coûte votre strapontin gouvernemental. Au moins, avec vous, c’est clair : la France non, la politique oui.

En militante pur jus, « bébé râleur » comme il y a des bébés nageurs, biberonnée dès l’enfance à la contestation puis au syndicalisme prépubère, vous ne connaissez d’autre défense que l’attaque. Avec vous, c’est toujours la faute des autres. Chaque jour, vous le dites d’ailleurs un peu plus fort, un peu plus vite, un peu plus aigu, un peu plus flou, un peu plus faux : « Les Français doivent bien comprendre que… » [...] « On ne peut plus continuer à… » [...] « Il faut interdire de… »

Mais qui êtes-vous donc, Madame Duflot ? Pour qui vous prenez-vous ? Qui représentez-vous donc, pour m’interdire quoi que ce soit ?


Votre parti ? Un ramassis foutraque d’ego boursouflés, brouillons et indisciplinés, que vous rêvez de contenir à vos pieds à défaut de pouvoir les façonner tous à votre image. Un parti qui, de toute façon, « ne produit plus rien depuis longtemps », aux dires de votre ex-ami Noël Mamère qui ne voit d’ailleurs plus dans EELV qu’un « syndicat d’élus » [...] « prisonnier de ses calculs et de ses clans » (Sympa, Noël !) Dany Cohn-Bendit, un autre de vos ex-amis, ne rate plus, lui non plus, une seule occasion de dénoncer le fonctionnement clanique et surréaliste de « La Firme » (Sympa, Dany !) Quand on écoute vos amis, pas la peine d’interroger vos ennemis. Le Premier ministre lui-même s’est cru obligé de regretter de vous voir privilégier votre carrière personnelle à la « solidarité gouvernementale » ou à « l’intérêt général ». Tout de suite les gros mots…


Votre vision ? Elle se limite, hélas, à des caprices ou à de petits calculs au gré de l’actualité et à rebours de l’histoire. Certains de vos proches (eh oui, nous avons quelques « amis » en commun…) me gratifient parfois de leurs confidences pour vous résumer, eux-aussi, à une militante attardée et dogmatique, sans une once de bienveillance ou un gramme d’empathie : « Cécile n’a plus de programme, elle n’a que des ambitions. » Bref, une sorte de « Khmer vert » tendance « canal hystérique » : vous êtes ainsi à l’extrême écologie ce que votre ami Mélenchon est à l’extrême gauche – la jeunesse en plus, le talent en moins.


Vos idées ? Ici, c’est plus simple. Dans une forme de cohérence implacable, vous êtes systématiquement contre ceux qui sont pour, et pour ceux qui sont contre. Contre les OGM, le nucléaire, Manuel Valls, les propriétaires… Pour le cannabis, Christiane Taubira, les locataires, les Roms… Au passage, j’attends toujours – et la plupart des Français l’attendent avec moi – que vous ouvriez les bâtiments de votre ministère, les locaux de votre parti et les couloirs de votre appartement pour accueillir ces familles de Roms qui vous permettront (enfin !) de mettre quelques actes sur trop de paroles…


Vos amis ? Là aussi, c’est simple. Il n’existe plus, aujourd’hui, que deux sortes d’écologistes : ceux qui vous obéissent et ceux qui vous résistent. Guillotine pour les premiers et promotion pour tous les autres. Pascal Durand, éphémère fusible à la tête du parti, vient d’être guillotiné. Votre propre directeur de cabinet, Manuel Flam, en revanche, vient de monter sur le podium. Ce garçon probablement indispensable au bon fonctionnement de la République vient en effet de se voir créer un poste taillé à la mesure de son importance : à 34 ans, selon les informations toujours de qualité de mes amis du magazine Challenges, ce garçon considérable bénéficiera donc désormais d’un traitement de 240.000 euros payés par nos impôts à un poste inutile mais spécialement créé pour lui au sommet de la Société nationale immobilière, premier bailleur social français. Bien joué. Mais ce n’est pas à une écologiste que je rappellerai que le poisson pourrit d’abord par la tête.

 

 

cecile_duflot_jean-vincent_place.jpg


Votre ancien compagnon ? Tout le monde le sait : même séparés, vous n’avez cessé de jouer Placé. Avec lui, « les Thénardier » d’EELV, comme vous appellent vos amis (décidément…), verrouillent « La Firme » sans plus de légitimité que de scrupule. Dany Cohn-Bendit (qui en a pourtant vu d’autres) n’hésite pas à dénoncer publiquement votre « couple terrifiant »… Une manière comme une autre de rappeler ce que les cours d’instruction civique nous enseignent dès la maternelle : un Vert ça va, deux Verts, bonjour les dégâts !

 

 

Cecile-Duflot-Verts-Ecologie-Cantat.jpg


Votre compagnon actuel ? Il est bien entendu de son droit le plus strict de traiter le ministre de l’Intérieur de « raciste » ou de vomir l’armée française, à condition de le faire savoir… en privé. Lorsqu’il se répand en public, et sur les réseaux sociaux qui plus est, comment ne pas avoir la décence de reconnaître qu’il ne s’agit plus du tout d’une affaire privée mais d’une honte publique ? Tous ceux qui vous en ont fait la remarque à l’Assemblée nationale (et notamment au nom de nos soldats qui risquent leur vie à chaque instant, un peu partout sur la planète) étaient non seulement dans leur droit mais dans leur devoir.


Votre vie privée ? Bien entendu, elle vous appartient. Bien entendu, je la respecte. Non sans vous faire remarquer, ici encore, les conséquences publiques de quelques-uns de vos choix privés. Non contente de donner un nom à votre loi, vous avez en effet donné un prénom à votre fille : Térébentine.

À une lettre près, bien entendu, de l’essence de térébenthine (un produit irritant et toxique… Tiens donc !). Vous l’infligez à votre fille : c’est votre problème et le sien. Mais vous l’infligez, ce faisant, à toutes celles et tous ceux qui s’adresseront peut-être un jour à elle : cela devient potentiellement mon problème et le problème de n’importe quel citoyen. Ma dentiste, elle-même écologiste convaincue et passionnée de politique, mais elle aussi consternée de voir ce que vous faites de l’une et de l’autre, a sur cette question sensible un avis très tranché : « Le choix du prénom de ses enfants en dit long sur le niveau d’égoïsme des parents. Alors oui, quand on appelle sa fille Térébentine, ce n’est même pas la peine d’en rajouter… » N’en rajoutons pas.


Votre sexe ? Pardon, votre « genre » ? Là aussi, les critiques seraient à sens unique. Dès qu’un homme vous fait la moindre remarque, vous ne ratez pas une seule occasion de mordre avant de vous draper dans votre dignité de femme. Ce qui ne vous empêche pas de dénoncer allègrement l’« UMP tendance lourdauds ». Étrangement, je ne vous ai pas non plus entendue vous indigner contre votre ami Guy Bedos traitant régulièrement, en public, avec la finesse qui est sa marque de fabrique, Nadine Morano de « salope » et de « connasse »…

Ne vous y trompez pas, Madame : personne ne vous attaque parce que vous êtes une femme… mais peut-être justement parce que vous ne l’êtes pas assez.


Devant l’échec absolu de la gauche et de la droite, mais aussi, on ne le dit pas assez, devant l’échec des gouvernements masculins, je suis de ceux qui rêvent sincèrement, figurez-vous, d’essayer un gouvernement 100 % féminin. Ce serait parier au passage, du moins ai-je la faiblesse de le penser, sur ce que nous attendons vraiment de notre personnel politique (cela fait longtemps que je n’emploie plus jamais l’expression « classe politique » tellement plus personne en politique, aujourd’hui, n’a de « classe »…). Bref, comme tous les Français je crois, j’attends de la vision, de la générosité, de la pondération, de la mesure, de la finesse, de la bienveillance, du calme… L’égalité hommes-femmes, oui, mille fois oui ! Mais certainement pas pour voir des femmes emprunter aux hommes ce qu’ils ont de pire : la cupidité, le goût du pouvoir, la vue courte et le verbe haut, la violence, l’égoïsme et l’inefficacité. Je n’ai que faire d’hommes en jupons !

Ne vous y trompez pas non plus, et j’aurais dû commencer par là : personne ne vous attaque parce que vous êtes trop écologiste mais probablement, là aussi, parce que vous ne l’êtes pas assez.

L’écologie – la vraie – est d’abord apaisée, humaine et souriante. Au lieu de cela, vous vous obstinez dans une écologie politique, stressée et haineuse, culpabilisatrice et castratrice. Détournant ainsi un peu plus des millions de Français de valeurs pourtant essentielles à un moment où la planète n’en aurait jamais eu tant besoin. Cette écologie politique que vous incarnez est la honte de l’écologie morale.

Chaque jour, vos sombres calculs politiciens, vos tristes magouilles de bas étage sonnent un peu plus le glas de claires pensées et de beaux engagements que sont ceux, par exemple, de Nicolas Hulot ou, bien sûr, de Pierre Rabhi. Eux sont encore, heureusement, les vrais visages, les voix les plus généreuses et les voies les plus prometteuses de l’écologie – la vraie.

Ils en sont la conscience enthousiaste et lumineuse. Vous n’en êtes que l’usurpatrice.

 

 

Nicolas-Hulot.jpeg

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog