Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2013-04-07T22:01:00+02:00

la beauté nous fait du bien, alors, soyons raisonnables : abusons-en !

Publié par undetension

Eloge de la beauté

 

 

kate_moss.jpg


 

- Comment décrire ce qui se passe en nous face à la beauté ?

- C'est un plaisir bizarre, à la fois sensuel et intellectuel. Comme si la beauté avait le pouvoir de réconcilier notre cerveau et notre corps, de nous réconcilier avec nous-mêmes. Mais mieux encore, elle nous réconcilie avec les autres. Devant un tableau de Hopper, un paysage de montagne, un défilé, nous disons «c'est beau » et pas simplement « moi je trouve ça beau» : nous postulons spontanément que les autres peuvent être sensibles à cette beauté. Chaque instant de plaisir esthétique éveille le désir d'un bonheur partagé.


- La beauté - dans la mode - est souvent celle des attitudes, des poses. La mode est-elle aussi là pour nous rappeler que nous avons un corps ?

- Oui, bien sûr, mais j'irais plus loin : la mode nous rappelle que nous avons un corps intelligent. La manière dont nous nous habillons, dont nous bougeons, marchons, dansons... révèle la vérité de notre rapport au monde. C'est pourquoi un style n'est jamais superficiel : il symbolise des choses profondes. (…) La beauté n'est quasiment jamais superficielle. Pas plus que le plaisir qu'elle nous procure. Nos yeux, en épousant la beauté d'une robe, d'un escarpin, d'une démarche, nous font voyager dans une vision du monde, dans une autre vie possible, vers d'autres valeurs... C'est exactement cela le plaisir esthétique : penser avec son corps. (...)

La beauté est partout, dans l'artifice autant que dans la nature, dans la liberté autant que dans la contrainte. A nous de savoir la voir. Ce qui compte, c'est notre pouvoir d'émerveillement : nous sommes des animaux esthétiques très évolués. C'est d'ailleurs dangereux : à force de voir la beauté partout, on peut aller jusqu'à la voir dans le mal, la violence . Mais c'est ainsi : le rapport esthétique au monde n'est pas un rapport moral au monde.(…)

Que la beauté ait du sens ne signifie pas que nous puissions en déchiffrer le sens ! C'est d'autant plus difficile que les valeurs ne sont que symbolisées par la beauté, donc suggérées, esquissées ! C'est pour cette raison que nous sommes fascinés : nous sentons bien qu'« il y a quelque chose » ... mais nous ne savons pas exactement quoi. (…)

 

kate-moss.jpg


- Quel rôle joue notre libido dans notre fascination pour la beauté ?

- Un rôle central si l'on pense avec Freud que nous sublimons notre libido lorsque nous avons du plaisir esthétique. Avoir une émotion esthétique, ce serait alors satisfaire de manière non sexuelle des pulsions sexuelles refoulées. La thèse de Freud est géniale : pour devenir humains, nous avons dû brider nos pulsions sexuelles ou agressives, asociales. La libido désigne l'énergie associée à toutes ces pulsions refoulées depuis l'enfance et qui attendent au fond de notre inconscient une occasion nouvelle, autorisée celle-là, de se satisfaire : c'est la beauté qui va la leur offrir. Voilà pourquoi le plaisir que la beauté nous donne est si bizarre : il est sexuel sans l'être vraiment. Il éveille et satisfait notre libido sans être bassement « libidinal ». Bref, si Freud a raison, le plaisir esthétique est une spiritualisation de la sexualité.


- La beauté est-elle un plaisir qui se partage - puisqu'elle nous donne la sensation de l'universel - ou un plaisir solitaire, qui met en jeu notre sexualité ?

- Les deux. Il est d'abord solitaire, personnel, intime, mais c'est au fond de mon intériorité que je vais sentir le désir du partage, comme si la beauté touchait au fond de moi la part commune de l'humanité. C'est ce qui fait la force du plaisir esthétique : il m'emmène loin au fond de moi et, en même temps, il me transporte vers les autres. C'est pour cette raison que nous sommes si déçus lorsque nous faisons écouter une musique qui nous touche beaucoup à quelqu'un de proche qui reste insensible. Bien sûr, les goûts sont différents, nous ne pouvons donc pas toujours partager notre plaisir esthétique. Mais peu importe, ce qui compte, c'est que nous en ayons envie, que nous sentions au fond de nous cette chaleur, cette promesse de partage, de communion. Ce qui compte, c'est la promesse.


- La beauté est-elle toujours mystérieuse ?

- Oui. La beauté n'est jamais parfaitement claire. Regardez par exemple la beauté de Ryan Gosling dans « Drive ». Ce qui nous rend malheureux, c'est de vouloir tout comprendre, tout expliquer. Dans nos émotions, dans nos sentiments, dans le monde lui-même, il restera toujours une part de mystère. La beauté nous apprend à l'aimer. A cesser de la fuir. A l'accueillir.


- Le goût de la beauté peut-il s'apprendre ou bien vient-il d'une disposition personnelle ?

- Plus nous fréquentons la beauté, plus nous y sommes sensibles. Plus nous avons d'émotions esthétiques, plus nous savons reconnaître le plaisir étrange que la beauté nous donne. C'est un cercle vertueux : plus elle me nourrit, plus je suis capable d'accueillir la beauté, de grandir à son contact. Le plaisir esthétique est un agrandissement de l'intériorité. En ce sens, oui, le goût de la beauté peut s'apprendre, car elle n'est réservée ni à une élite, ni à ceux qui auraient les bonnes dispositions de départ. Rencontrer la beauté, c'est se rencontrer soi, mais soi tel qu'on ne l'avait même pas imaginé...

 

- « Le beau est un éclat du vrai », selon Hegel. Que faire de cet éclat de vérité qui s'étiole quand nous cherchons à l'expliquer ?

- Eh bien justement, arrêtons de chercher à l'expliquer !

 

 

Extraits d’une interview de Charles Pépin *, philosophe, écrivain et journaliste, parue dans le nouvelobs du 3-03-13

 

Les photos qui illustrent cet entretien sont tirées du livre « Kate Moss »

 

(*) Auteur de « Quand la beauté nous sauve », éd. Robert Laffont, 2013, 234 p., 18 Euros.

 

quand-la-beaute-nous-sauve-charles-pepin.jpg

 

 

Il explique bien ce qui, finalement, différencie le joli du beau : le joli est assez rationnel, explicable, obéissant à des règles, des critères, alors que le beau non : il est libre, mystérieux, et laisse des empreintes plus fortes dans notre esprit, au point de s'incruster dans nos rêves.

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog