Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2013-02-01T00:49:00+01:00

Un peintre du XXè siècle

Publié par undetension

Oui, il est bien de son siècle, Hopper, puisqu'il a influencé, plus que tout autre peintre, nombre de cinéastes et de photographes. C'est un maître du cadrage, ça, c'est une évidence.

Et puis il peint des scènes ordinaires de gens ordinaires, habitant des maisons du vingtième siècle ordinaires qu'il rend...extraordinaires, étranges en dépit de trompeuses apparences de simplisme et de réalisme. En cela, c'est un artiste symbolisant très bien et son temps, et son pays, les Etats-Unis.

La très complète exposition du Grand Palais le montre remarquablement.


Mais que son univers est triste, que ses femmes manquent de vie, de sensualité.

Ce sont forcément des paysages mentaux qu'il représente, ce qui explique certainement le silence pesant qui s'échappe de ses toiles, et cette impression de suspension du temps.

Mais que les gens semblent renfermés, froids, et surtout seuls.

L'incommunicabilité, c'est bien un thème du XXè siècle, non ?

 

 

Hopper-Nighthawks-1942.jpg

 

 

La meilleure heure, pour voir cette célébrissime toile, est certainement celle à laquelle la scène de Nighthawks est censée se dérouler : courez vite au Grand-Palais, de nuit de préférence, c'est ouvert 24h/24 du 1er au 3 février : une initiative exceptionnelle, qui vous permettra en outre d'éviter la foule ! Plus de 700 000 visiteurs déjà, une première pour un peintre dont aucun musée français ne possède de toile !

 

Street-Corner--Butte--Montana--Wim-Wenders.jpg

 

Street corner (Butte, Montana)

 

La réalisatrice de cinéma Claire Denis, qui a été assistante de Wim Wenders (ci-dessus, un de ses clichés), parle formidablement bien d'Hopper, et fait preuve d'une incroyable humilité, persuadée que le septième art est moins fort que la peinture :

 

Il est spirituel, il est humain, et il est mystérieux.


Le cadre, c’est plein plein de choses différentes, on parle beaucoup du cadre, avec Hopper, parce que son point est quand même extrêmement intrigant. Il laisse supposer que quelque chose va arriver.


Le cadre est là pour mettre en valeur ce qui est fictionnant au centre de la toile. Il nous emmène vers une possible histoire. Une toile de Hopper contient une graine de passé et de futur fictionnel, que l’on peut prendre, agiter, et se re-raconter. Elle laisse planer un doute : sur l’avant, et sur l’après.

En ce sens, je trouve que c’est plus fort qu’un scénario, d’une certaine manière. Même si ça peut donner envie, de faire des scenarios. Mais je pense que c’est plus fort qu’un scenario.


Et maintenant que l’on reparle de crise, je pense que c’est une peinture qui, comme le cinéma américain, parle de la middle-class, des gens qui sont au milieu de tout, au milieu de la terre, au milieu de "avoir un job" ou pas, d’être propriétaire ou pas : des gens plus neufs que les européens, ce qui les rend plus fragiles.

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog