Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #cinema catégorie

2017-09-27T05:44:00+02:00

lettre ouverte à Claire Denis, réalisatrice d'"un beau soleil intérieur"

Publié par undetension
lettre ouverte à Claire Denis, réalisatrice d'"un beau soleil intérieur"

Compte rendu de l'avant-première

Pour ma part, j'ai cru au début que ce serait une sorte de "Les salauds 2", mais non, c'est complètement différent, en particulier au niveau de l'atmosphère.
Pendant le débat, les spectatrices se sont davantage manifestées que les messieurs, sans doute parce qu'elles avaient bu du petit lait, et ont dû se reconnaître dans certaines scènes, alors que dans le même temps les hommes n'apparaissaient pas sous leur meilleur jour ! Mais comme ce n'était jamais méchant, ça passait tout seul !

lettre ouverte à Claire Denis, réalisatrice d'"un beau soleil intérieur"

Comment vous dire ? Je sais que vous n'aviez pas prévu de tourner dans cet ordre après "Les salauds", mais il y a une certaine forme de logique, après l'enfer dans lequel nous entraînait cet opus, à ce que l'oeuvre suivante fasse revenir le "soleil", à tous les sens du terme.
Oui, j'ai trouvé cela léger, les mots durs dans la bouche des personnages,ou les situations difficiles qu'ils affrontent, étant plus que compensés par un humour dévastateur (je ne m'attendais pas à rire autant !) et une DOUCEUR générale : celle de la musique, à l'opposé de celle -réussie mais volontairement anxiogène- des Salauds, ou celle du rythme des séquences, semblable à un tranquille et cristallin ruisseau de la Creuse.
 

lettre ouverte à Claire Denis, réalisatrice d'"un beau soleil intérieur"

J'avais l'impression que, maintenant que vous aviez tué tous vos démons, vous alliez pouvoir vous lâcher, et communiquer une euphorie, certes très intériorisée, mais une euphorie qui a contaminé toute votre équipe. Ils ont probablement reçu tellement de rayons de soleil extérieurs cette fois, de votre part, qu'ils vous les ont rendu par des prestations individuelles assez exceptionnelles. Juliette Binoche est évidente, au sommet, on reste sans voix, et je garde le meilleur pour la fin : le dernier quart d'heure :
le critique du Monde Jacques Madelbaum évoquait avec raison en mai dernier de "scène d'anthologie du cinéma français".
 

lettre ouverte à Claire Denis, réalisatrice d'"un beau soleil intérieur"

Je vous enverrai un nouveau message dans quelques jours, afin de réagir à froid, mais là, à chaud, je me suis dit en quittant la salle du Gaumont Opéra, et cela avant d'avoir lu le papier du Monde, que ces quinze minutes allaient marquer et rester dans l'histoire. Parce que là, on n'est plus dans le très bon, l'excellent ou je ne sais pas quoi d'élogieux, là, nous sommes au delà, dans du sublime, de l'indéfinissable tellement c'est miraculeux, onirique, tellement cela flotte dans l'espace (vous pensiez déjà au film suivant ?) !
Nous regardons un voyant, donc une sorte de magicien, et par une alchimie incroyable, tout la scène se déroule comme dans un rêve, c'est cela, c'est magique, le texte, la façon dont les deux acteurs le disent, la pénombre, le décor irréel, la musique toujours aussi caressante...On sent la salle elle aussi dans un état second, fascinée par autant de poésie.


Pur miracle.

lettre ouverte à Claire Denis, réalisatrice d'"un beau soleil intérieur"

Prix de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques à la quinzaine des réalisateurs à Cannes

lettre ouverte à Claire Denis, réalisatrice d'"un beau soleil intérieur"

Voir les commentaires

2017-08-03T05:38:00+02:00

Peut-on affirmer que mon Valerian...valait rien ?

Publié par undetension
Peut-on affirmer que mon Valerian...valait rien ?

Réponse négative. Bien que nous soyons dans l'espace, cela ne vole pas bien haut.
Mais l'inventivité de Valérian et la cité des mille planètes est formidable, la splendeur visuelle incontestable, l'ennui introuvable, et puis, cocorico ! Le film a été fabriqué en France par des Français, avec un niveau de qualité équivalent à celui des Américains ! Voilà l'un des clés de la réussite de notre soft power
A noter, un pari risqué en matière de casting : prendre un héros et une héroïne transparents (!) : pourquoi ? Pour qu'ils ne monopolisent pas l'attention au détriment des somptueux costumes et décors ?

Mon moment préféré ? L'apparition ébouriffante de Rihanna !
Ma réserve ? Le trop plein de tout (objets, formes, couleurs) menace à tout moment de créer l'inverse : un vide intersidéral. Mais c'est mignon, et le temps passe vite, preuve que c'est plutôt réussi.

Voir les commentaires

2017-07-31T06:56:00+02:00

des quatre éléments, l'un domine à Dunkerque, en mai 1940 : l'air est en feu, la terre est en feu, l'eau est en feu

Publié par undetension

Christopher Nolan peut-il rater un film ? Réponse évidente : non, après le magique Interstellar, il "revient sur terre", mais pour en proposer une vision de l'enfer !
Sa version de la bataille de Dunkerque fera date, et ce d'autant plus qu'il délaisse le numérique et les effets spéciaux de Batman pour un cinéma certes très spectaculaire, mais classique (tournage sur les véritables lieux de l'action, avec de vrais bateaux, avions...et en pellicule 70mm).

Si l'on veut pinailler, on notera simplement un final un petit peu trop patriotique, mais sobre et réussi néanmoins.
Tout le reste ne mérite que des éloges ; partition musicale omniprésente, mais très réussie, photographie remarquable, suspense savamment entretenu, mise en scène bluffante de réalisme vous donnant l'impression d'y être ! Les vétérans de l'opération ayant vu ce film ont d'ailleurs déclaré avoir eu l'illusion de revivre ce cauchemar !

des quatre éléments, l'un domine à Dunkerque, en mai 1940 : l'air est en feu, la terre est en feu, l'eau est en feu

Voir les commentaires

2017-05-14T06:39:00+02:00

Alien n'a plus rien à cacher

Publié par undetension
Alien n'a plus rien à cacher

Cette fois-ci, pas de plan furtif, pas de bête tapie dans la pénombre : Ridley Scott abandonne la suggestion et le mystère pour le film d'horreur. Dans Alien Covenant, le monstre est plein écran, âmes sensibles s'abstenir.

Mais on n'est pas obligé de le voir comme cela : j'y vois pour ma part avant tout un excellent film de science-fiction, enlevé, à la mise en scène grandiose, et aux scènes d'action haletantes. Le fatras philosophique aurait pu être évité, mais il ne gâche pas notre plaisir. Il permet même de reprendre son souffle entre deux combats !
L'indispensable suite au grandiose Prometheus est du tellement grand spectacle qu'il faut absolument le voir sur grand écran dans une salle de cinéma. Michael Fassbender toujours irréprochable.

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog