Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

2007-10-30T07:40:33+01:00

Autre son de cloche sur Grenelle (2/2)

Publié par undetension

Il faut revenir un instant sur l’aberration la plus grave de l’écologisme ambiant : les bio-carburants : l’idée des riches bobos ? Considérer que la terre cultivable ne doit plus servir à nourrir les populations (comme si tout le monde mangeait à sa faim !), mais nos automobiles gloutonnes, et y trouver un argument pour poursuivre la déforestation (et on respirera quoi, quand il n’y aura plus l’oxygène produit par les arbres ?).


Le point de vue d’un jardinier écrivain qui se prénomme Gilles est donc intéressant (interview réalisée par Télérama) :

- "Vous ne croyez pas au Grenelle de l’environnement ?
-
Cela fait partie de la grande tricherie. Nicolas Sarkozy va parvenir à faire exactement ce qu’il veut, en ayant obtenu l’assentiment des ONG et des syndicats, auxquels il aura promis beaucoup de choses… qu’il ne tiendra pas. Je ne pense pas qu’il s’agisse de sa part d’une prise de position en toute conscience. Pas question pour lui de revenir sur notre mode de vie, d’abandonner notre logique boursière, nos 4x4 et notre égoïsme.
Or il est illusoire de penser qu’on va résoudre cette crise écologique sans changer de système économique. Le capitalisme financier est fondamentalement destructeur. Et il n’a même pas besoin de la démocratie pour exister, la Chine en fait la preuve ! Tant qu’on n’aura pas changé ces fondamentaux, on n’avancera pas. Tout le reste sera de la poudre aux yeux, avec quelques résultats, habiles et ultra médiatisés. De petites concessions, comme diminuer la vitesse de circulation des voitures ou faire couler moins d’eau sous la douche.
Bref, un écologisme mondain qui permet de cautionner le système. Et qui refuse de débattre des vraies questions, comme l’aménagement du territoire, la remise en question de la voiture et des systèmes de circulation. Le symbole le plus frappant, ce sont les biocarburants, présentés comme une solution, alors qu’il s’agit d’une aberration écologique. Leur culture exige d’immenses surfaces qui viennent en destruction absolue de la diversité. Il faut les engraisser avec des tonnes de pesticides et d’eau. Et, au final, ils polluent à peine moins que les carburants traditionnels. En réalité, ils n’ont pour but que de maintenir l’activité de quelques lobbies, automobiles en particulier."

L’intégralité de l’interview (passionnante, pour qui aime les jardins, la nature) :


Voir les commentaires

2007-10-29T22:28:56+01:00

Autre son de cloche sur Grenelle (1/2)

Publié par undetension


La chronique d’Eric Le Boucher dans Le Monde du 28, consacrée à l’après-Grenelle de l’environnement était très…saignante, extraits :

"Il faut que les militants de l'environnement nous expliquent pourquoi ils ont accepté le compromis passé sur les pesticides et les OGM.

(Compromis qui consiste à accepter des pesticides "dont la dangerosité est connue" et interdire des OGM sur lesquels il y a "des doutes" ? La logique n'impose-t-elle pas de faire l'inverse ?)

Ce compromis est, pour reprendre un terme désormais gouvernemental qui s'applique parfaitement au cas présent, "dégueulasse".

 

Le journaliste conclue par une dernière charge :

"Il faut trouver une réponse au défi que n'ont jamais voulu regarder les militants de l'environnement : en règle générale, l'écologie est anti-sociale. Un pauvre avec une vieille 205 pollue plus qu'un riche au volant d'une Mercedes dernier modèle, une décharge brésilienne qu'une usine de retraitement en France. C'est ça le grand, le vrai problème. Si on aide le pauvre à moins polluer, quelle autre aide sociale faut-il sacrifier ? Qui l'acceptera vraiment ?"

l’article intégral :
sur le principe de précaution :
Autre voix assez éloignée de l'autosatisfaction affichée par l'axe Hulot-Sarko-boboàvélo, celle de Jean de Kervasdoué, économiste, spécialiste de la gestion des services de santé :

"Le charbon est plus fatal que l'amiante. Et l'un et l'autre cent fois plus que les radiations nucléaires. (...)

Malgré le réchauffement de la planète, la Terre n'a pas encore atteint la température de l'an... mil. (...)

Jamais l'espérance de vie n'a cessé de croître dans les pays riches, jamais leurs habitants n'ont vécu aussi vieux et en meilleure santé. Et pourtant, nous voilà englués dans le médicalement correct. Les intellectuels doutent de tout et le reste de la population croit en l'astrologie et aux maisons hantées. A qui bénéficie notre crédulité ? (...)

Il serait plaisant de connaître les financiers des grandes associations écologistes... Celles qui stigmatisent l'ogre Tchernobyl et les grands méchants OGM, tout en abandonnant une partie de l'humanité en chemin. (...)

Les bons sentiments ne feront rien pour réduire la contradiction majeure entre la santé d'aujourd'hui, l'économie de demain et la survie d'après-demain. La Raison et l'analyse des intérêts de chacun seront la seule chance des déshérités actuels et des réchauffés à venir".(...)


J'ajouterai que Portsall est désormais défiguré par des éoliennes géantes qui, outre leur laideur manifeste, font un vacarme épouvantable aux dires des voisins les plus proches, et empêchent toute réception correcte de la télévision hertzienne dans un rayon de plusieurs kilomètres. J'attends toujours qu'un bobo farouchement anti-nucléaire vienne acheter une maison à moins de cent mètres d'une hélice géante et arrive à me convaincre des avantages de l'exploitation du vent et de la beauté du bruit d'avion
D'ici là, je lui fournis quelques données chiffrées, qui le raviront, surtout s'il tourne casaque et opte finalement pour le solaire :

Coût de la production électrique en centimes d’euros par kilowatts/heure :

Nucléaire, charbon, gaz : 3
Pétrole, éolien : 6
Solaire : 45
 

1/ pour une comparaison correcte, il faut ajouter à ce coût direct, les coût externes (impact environnemental lié aux émissions de CO2 ou aux déchets nucléaires, frais de recherche, frais de construction des gazoducs, etc.). Les coûts externes du gaz, du pétrole et du charbon sont les plus importants . On voit que l'énergie nucléaire est alors compétitive, même en supposant que le gaz, le pétrole et le charbon soient gratuits.

2/ il faudrait aussi tenir compte dans ces prix de la "disponibilité" du kWh produit, car un kWh pouvant être produit à la demande (cas du gaz, du pétrole ou du charbon) permet une parfaite adaptation de l'offre à la demande et satisfait ainsi la demande du client, alors qu'un kWh aléatoire en fonction de la météo (solaire, éolien), ne satisfait pas la demande du client au bon moment, et il faut faire appel à des moyens de production complémentaires (production de secours), en fonction de la météo, pour satisfaire la demande du client, ce qui induit un coût supplémentaire qui n'est pas pris en compte dans les chiffres ci-dessus.

sur les énergies renouvelables :
http://www.senat.fr/rap/r05-436/r05-436_mono.html

Conclusion, c'est pas demain la veille que les pauvres gagneront quelque chose de plus avec Grenelle. Parce que mon bobo qui fait avancer les pions de l'écologie, lui, il est pété de tunes, et il peut s'offrir l'énergie solaire tout en se donnant bonne conscience.
Ah, oui, au fait, c'est paradoxal, mais c'est ainsi, il n'y a quasiment pas d'industrie plus polluante au monde que celle qui fabrique les panneaux solaires !
C'est comme la voiture électrique : elle est propre, mais personne ne veut savoir si l'énergie qu'elle utilise a été obtenue proprement (la réponse est évidemment non, il faut fabriquer une pile, et de l'électricité : dans les deux cas...)

Voir les commentaires

2007-10-26T09:01:33+02:00

devoirs pour les vacances (3/5)

Publié par undetension

Lors d’un reportage du JT de TF1 de 20h du 18 septembre dernier, consacré au projet de loi Hortefeux sur l’immigration, un plan a fugitivement montré deux journalistes discutant dans les couloirs de l’Assemblée Nationale : quel est le nom de celle qui est à droite sur cette image ?


Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog