Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

2008-11-30T20:22:00+01:00

c'est pas beau de mentir

Publié par undetension

Pas de doute, la guerre est une connerie, mais une guerre au Moyen-Orient dirigée non pas sur les lieux de l'action, mais à plus de 10000 km. de là, depuis les Etats-Unis, quelle absurdité ! L'idée de Mensonges d'Etat de montrer successivement le gars sur le terrain qui en bave (DiCaprio, excellent en petit soldat), puis le technocrate de Washington cynique qui pense régler les affaires du monde par téléphone sans sortir de chez lui, est formidable. Aller loin, pour la CIA, c'est emmener ses enfants à l'école ou participer à une garden party dans le quartier, il suffit juste de prendre son kit main libre et de croire que l'on sauve la planète en donnant des instructions par téléphone, tout en regardant sa jeune fille disputer un match de soccer un dimanche après-midi (Russell Crowe idéal en gros plein de soupe suffisant).
Les scènes d'action, nombreuses, sont impeccables, comme toujours avec Ridley Scott. Un très bon film, produit par Warner, sur ce qui trame dans l'ombre des conflits, dans le milieu des services secrets, ceux qui font la sale guerre, celle où l'arme décisive est le mensonge.
Et impossible de ne pas repenser à tous ces attentats survenus en Europe et jamais élucidés, où l'enquête partait avec célérité vers la piste de l'extrême-gauche, et ralentissait dès que l'implication de la CIA (ou d'officines plus discrètes dans sa mouvance) devenait, à défaut d'être une certitude, une piste plus plausible.
Autre leçon essentielle : la formidable, très sophistiquée et coûteuse technologie d'espionnage (avions espion, satellites...) ne vaudra jamais le renseignement humain : moins cher, plus efficace, plus fiable, comme devrait le montrer prochainement le film français "secret défense".

Non à la guerre "presse bouton" !


Voir les commentaires

2008-11-30T18:29:00+01:00

idées de cadeaux de Noël : 23€ et Mahler n'arrive jamais seul

Publié par undetension


Claudio Abbado poursuit son formidable cycle des symphonies de Mahler avec la 3e symphonie. Qu'il parvienne à boucler l'intégrale ou non, son travail sera à marquer d'une pierre blanche, et ne fait aucunement doublon avec les d.v.d. de Leonard Bernstein.
Ce qui subjugue toujours, c'est que cet orchestre dont les musiciens (venant du monde entier) ne jouent ensemble qu'une fois par an l'été en Suisse semble plus soudé que n'importe quelle prestigieuse phalange centenaire. Ce rassemblement de solistes joue constamment « comme un seul homme », c'est dire à quel point ses membres adhèrent au projet du chef.
La salle (il s'agit de concerts publics, qu'aucune toux ne vient perturber) est d'ailleurs tellement subjuguée, hypnotisée, transportée, qu'un impressionnant silence de près d'une minute suit la fin de l'œuvre, avant le premier applaudissement. Le temps de redescendre sur terre, certainement. Car Abbado nous emmène loin, très loin...
D'autres versions (c.d. à connaître en priorité : Adler, Horenstein, Haitink/Amsterdam) apportent des éclairages complémentaires, mais aucune ne va aussi loin dans la mise en évidence de la modernité de l'écriture (Bernstein joue XIXe siècle, ce qui n'est pas anachronique pour une œuvre écrite en 1896, Abbado, lui, joue XXe siècle), ni dans la conservation continuelle d'un esprit chambriste, ce qui relève de l'exploit, s'agissant de la plus longue des symphonies de Mahler, et celle réunissant le plus grand effectif instrumental. On se demande d'ailleurs comment il arrive une telle cohérence, une telle continuité, un tel élan, tout en n'omettant aucun détail (A-t-il deux cerveaux ?) : comme si un gros paquebot arrivait à longer au plus près du rivage la très découpée côte bretonne, à bonne allure et en évitant tous les rochers.

Une inoubliable interprétation, contenant une émotion supplémentaire par rapport à toutes les autres versions, audio ou vidéo, le poignant (et inhabituellement long) silence suivant la dernière note, déjà évoqué plus haut : c'est presque le plus beau moment du concert !
Beaucoup d'interprétations vont prendre un sacré coup de vieux d'un coup en étant comparées à celle-ci, et devenir subitement superficielles et inutilement bruyantes.
Le jardin zen créé par Abbado n'est pas prêt d'être égalé : chaque brin d'herbe semble avoir été pris en compte et taillé à la perfection, et les différentes parties du jardin forment un tout cohérent, beau de près comme de loin.




Au même prix, rappelons la sortie l'an dernier de la 6e symphonie, pour laquelle la presse a souligné la « dimension solaire. Abbado recrée le texte avec une simplicité décantée fascinante. Virtuose et précise, progressant de façon magistrale, sa lecture est incroyablement déliée et nuancée, vibrante dans le détail autant qu'à l'échelle de la grande forme. Rien -rythme, phrasés, couleurs- n'est jamais banal ou convenu. Habité, le geste laisse toute liberté aux instrumentistes, suscitant en retour un engagement total. » (Diapason).
Ici aussi, les solistes se couvrent de gloire, le chef est de nouveau totalement inspiré, et, là encore, le long silence dans la salle à l'issue du concert vaut tous les discours : le public médusé met du temps à reprendre ses esprits, il vient de vivre un moment exceptionnel.



Voir les commentaires

2008-11-29T23:37:00+01:00

idées de cadeaux de Noël : 25€ couleur bleu républicain

Publié par undetension


Le talon d'Achille du Président de la République :



Je veux prendre soin de vous Monsieur le Président, alors vous voyez, voici le cadeau de Noël qui changera votre vie : renoncez à vos hauts talons, et lancez une mode d'ampleur planétaire, la paire de tongues chicos, assortie au costume.




Sans jeu de mots, vous en ressortirez grandi !

Lisez ce qu'écrivent les revues scientifiques sur les graves dommages corporels (arthrose du genou, usure prématurée des tendons, durillons, douleurs au dos, aux orteils ..) que provoque le port quotidien de chaussures à haut talon, dommage qui, dans votre cas, ne peut qu'être amplifié par les talonnettes compensées que vous glissez dans vos petites chaussures.


Les talons hauts comptent pour beaucoup dans la mode. Un grand nombre de femmes aiment le rehaussement, le côté haute couture et la hauteur associés aux talons hauts. Elles sont prêtes à sacrifier un peu de confort et de stabilité pour se soumettre à la mode. Mais vos pieds en deviennent les victimes lorsqu'ils se retrouvent réduits en boule par la cambrure exagérée de chaussures à talon aiguille ou serrés dans des brodequins.


La structure des talons hauts et l'anatomie humaine ne font pas toujours bon ménage pour les 5 raisons ci-après :


1. le glissement : enfilez le pied dans un talon haut et il se trouvera à un angle non naturel, luttant contre l'attraction gravitationnelle vers le bas. Lorsque votre pied glisse vers l'avant dans une chaussure à talon haut, la distribution de votre poids est modifiée, ce qui provoque de la friction entre votre pied et la chaussure. Cela peut causer une pression douloureuse, sans parler des cors, des durillons et des ongles incarnés. Les cors sont des indurations épaisses de peau qui s'accumulent en réponse à la pression et à la friction. La friction sur les talons et les plantes des pieds peut provoquer des durillons ;

2. la courbure : la pression qui est exercée vers le bas par « le glissement » peut mener à la « courbure ». Les orteils qui sont poussés jour après jour vers le bas dans une chaussure étroite à angle aigu peuvent commencer à se déformer. Les orteils peuvent commencer à se plier à l'articulation médiane, ce qui produit l'effet à l'appellation bien choisie d'orteils en marteau. Lorsque les orteils sont pliés de cette façon, ils deviennent plus vulnérables à la friction et à la pression et plus susceptibles aux cors, aux durillons et à la douleur qu'on s'inflige pour être belle. Les articulations peuvent même subir une dislocation et devenir suffisamment rigides et douloureuses pour nécessiter une intervention chirurgicale ;

3. le soulèvement : si Barbie était une vraie femme, elle aurait un rendez-vous fixe avec un podiatre ou un orthopédiste. Pensez aux petits pieds de plastique de Barbie, constamment cambrés et attendant les chaussures à talons hauts à leur taille, tout comme Cendrillon, mais en miniature. Son tendon d'Achille serait contracté de façon irrémédiable et elle subirait probablement des douleurs articulaires, dans son avant-pied. Vous savez, votre poids doit être distribué également sur toute la plante du pied. Les chaussures à talons hauts déplacent une grande partie du poids sur l'avant-pied et empêchent les talons et les tendons d'Achille de fonctionner normalement ;

4. le déplacement : nombre de forces doivent s'équilibrer pour le bon fonctionnement des articulations et des tendons du pied. Soulevez l'arche naturelle de votre pied d'un pouce ou plus et vous déséquilibrerez nécessairement certaines de ces forces. Par exemple, un oignon peut être le résultat malvenu du déséquilibre du gros orteil (ou, dans le cas du petit orteil, un oignon de tailleur oui, on les appelle comme cela !). Un oignon peut provoquer la formation d'une bosse sur la base de l'orteil, de l'enflure et de la douleur autour de l'articulation de l'orteil, ainsi qu'un épaississement de la peau de cette région. L'orteil touché enfle et se presse contre les autres orteils, ce qui les déplace et change plus ou moins l'architecture entière du pied.
De plus, les talons élevés peuvent complètement déséquilibrer la posture d'une femme. Il se peut qu'une femme qui porte des talons hauts, et qui se tient debout, se penche en arrière pour contrebalancer la tendance à se pencher en avant résultant de la cambrure des chaussures à talons hauts. Cette posture concave peut amener les muscles du mollet et du jarret à se rétrécir et à provoquer toutes sortes de maux de dos et de déséquilibres et même de l'ostéoarthrite dans le genou ;


5. la fissure : lorsque vous portez des talons hauts, l'avant de votre pied supporte la plus grande partie de l'effort lorsque vous marchez et lorsque vous montez des escaliers ou que vous courez pour prendre l'autobus. Toute cette pression peut prédisposer vos pieds aux fractures de stress, petites fissures dans les os qui peuvent provoquer de la douleur, de l'enflure et de l'endolorissement. Tous ces phénomènes demandent du temps, de la glace et du repos pour se cicatriser.




Ecoutez-moi, et vous verrez, vous prendrez votre pied, celz vous fera rentrer dans le cercle très fermé des "grands de ce monde" : Yes, you can.



N.D.L.R.: à part cette photo de Télérama du 14 avril 2007, il est rarissime de voir son étrange moyen de locomotion (Berlutti, pour faire plaisir à Carla ? Weston, comme Chichi ?).



Voir les commentaires

2008-11-29T22:55:00+01:00

idées de cadeaux de Noël pour millionnaires : 75000 €

Publié par undetension


Une belle allemande, c'est si rare...









L'Artega GT est légère (1100 kg), peu encombrante (juste 4m.), les 300 chevaux sous le capot permettent de passer de 0 à 100km/h en moins de 5 secondes, je pense que je vais me l'acheter...Mais...

...Je vais attendre un peu, et dès qu'elle sortira à l'échelle 1/18°, je la prendrai dans les magasins de jouets.

Et puis comme ça, je risque moins les radars, l'accident, les rayures sur la carosserie, les fins de mois difficiles : seul regret en modèle réduit, on n'a pas le superbe tableau de bord.


Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon Blogger Template | Gift Idea - Hébergé par Overblog